accueil news et actus paranormal dossiers du paranormal videos paranormal forum S'abonner au flux RSS

Nous sommes actuellement le 04 Août 2020, 00:24


Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Le poltergeist de Rosenheim ou la sorcière électrique
Message Publié : 08 Jan 2013, 14:50 
Modérateur

Inscription : 18 Déc 2012, 16:41
Message(s) : 1450
Le plus célèbre des cas de poltergeist qui a pu être observé et étudié minutieusement est sans conteste celui de Rosenheim en Bavière au cours du dernier trimestre de l'année 1967.

Bouleversements dans un cabinet d'avocat

En novembre 1967, on put lire dans les journaux qu'il se passait des choses étranges dans le cabinet de Me Adam, avocat à Rosenheim : des tubes au néon, fixés au plafond, à 2,50 mètres du sol s'éteignaient tout seuls.

Image

Des électriciens constatèrent que les tubes s'étaient libérés de leurs fixations et avaient pivoté de 90°.

De nombreux témoins entendaient chaque fois des bruits d'explosion; des fusibles automatiques se déclen­chaient d'eux-mêmes sans aucune raison visible; le révélateur se trouvant dans un appareil à photocopier était répandu; des dérangements dans le réseau téléphonique bloquaient le fonctionnement des bureaux : les quatre appareils sonnaient souvent tous à la fois, des conversations étaient interrompues, les factures de téléphone atteignaient des montants anormaux.

On supposa que des variations anormales de tension dans le réseau électrique en étaient la cause. Les services de contrôle de la société de distribution municipale entreprirent, en novembre 1967, une vérification approfondie, sous la direction de Paul Brunner, qui entre-temps a accédé au poste de sous-directeur de la société.

Des enregistreurs d'intensité et de tension du courant furent branchés dans les bureaux, et le personnel fut prié de noter tous les événements anormaux et d'en informer immédiatement les services de contrôle.

Les contrôleurs des services municipaux se mirent eux-mêmes à observer les choses et furent, comme beaucoup d'autres, témoins d'étranges phénomènes.

La présomption de varia­tions des caractéristiques du courant électrique sembla se confirmer, car les bandes enregistreuses montraient des varia­tions atteignant les limites du champ de mesure possible, même lorsque les bureaux eurent été, par la suite, reliés au transfor­mateur public par un câble spécial, et même lorsque le bureau fut, finalement, approvisionné avec une génératrice mobile de secours.

Hans Bender, se rend sur les lieux

Image

Lorsque enfin, à partir du 1er décembre 1967, Hans Bender, professeur à l'institut de psychologie de l'université de Fribourg se rend sur les lieux, avec l'accord de Me Adam, put intervenir et parti­ciper aux recherches.



Les plafonniers avaient commencé à osciller, les mouvements gagnant peu à peu en ampleur, jusqu'à leur faire toucher le plafond. Ce qui jusqu'ici avait dérouté les techniciens devint pour nous la clé du mystère : c'est seulement pendant les heures de travail que les bandes enregistreuses révélaient des écarts et que se produisaient les phénomènes anormaux.

Souvent la bande enregistrait un maximum au moment même où Anne Marie S., jeune employée de bureau âgée de 19 ans, entrait dans les bureaux.

D'autres indices encore montraient que les phénomènes se produisaient lorsqu'Anne Marie était présente. Lorsque la jeune fille passait dans le couloir, les plafonniers se mettaient à balancer, des ampoules éclataient en la couvrant d'éclats de verre.

Une caractéristique tout à fait typique pour les phéno­mènes de hantise liés à une personne se dégageait peu à peu, caractéristique que l'on retrouve dans tous les pays et à toutes les époques.

Les dérangements dans le réseau téléphonique et les varia­tions extrêmes de courant enregistrés dans cette affaire ont quelque chose de nouveau. Cependant, étant donné qu'ils ne se produisaient qu'en présence d'Anne Marie, il est évident que ces phénomènes devaient être inclus dans l'analyse de l'hypothèse psychokinétique. Pour cela nous avions besoin de l'aide de physiciens éprouvés.

Le Dr F. Karger et le physicien diplômé G. Zicha, tous deux collaborateurs d'Instituts de physique de Munich, testèrent toutes les causes imaginables, qui auraient pu expliquer les oscillations extrêmes des mesures enregistrées : variations de tension dans le réseau principal, charges électrostatiques, décharges de condensateurs, infrasons et ultrasons, fortes vibrations, mauvais contact dans l'ampli­ficateur et, naturellement des manipulations frauduleuses éventuelles.

Toutes ces causes purent être éliminées l'une après l'autre, y compris la possibilité d'une supercherie, car ils constatèrent que les instruments marquaient des écarts sans que personne ne se trouvât près d'eux.



Anne-Marie Schneider surnommée ''La sorcière électrique'' et un témoin des phénomènes provoqués par le poltergeist de Rosenheim

De conclusion en conclusion

Les conclusions de leur rapport furent que « les principes actuels de la physique ne permettent pas de décrire ces phénomènes ».

Des boucles tracées sur les diagrammes ainsi que des déchirures du papier d'enregistrement firent naître la supposition qu'une grande force agissait directement sur les marqueurs et que c'était cette même force qui tournait les tubes de néon dans leurs prises, faisait éclater des ampoules, balancer des plafonniers, produisait des bruits d'explosion, dérangeait le téléphone, et que cette force dépendait d'Anne Marie.

Pour ce qui est des dérangements, la Bundespost (poste fédérale) avait constitué des preuves : un appareil unique de téléphone, avec un compteur, avait été installé dans le bureau de l'avocat et, dans le central postal, un appareil de contrôle spécial (De-Te-We-Gerat) enregistrait les numéros appelés ainsi que le temps de parole.

Sur les listes, on trouva sur plusieurs pages le même numéro d'appel: 0119, numéro de l'horloge parlante, qui apparaissait jusqu'à six fois dans une seule minute, et cela toujours à nouveau.

Un témoin digne de foi observa pendant une demi-heure le seul appareil en service, et déclara ensuite sous serment que l'appareil n'avait pas été utilisé; or pendant que ce témoin observait l'appareil, quatre appels pour Munich furent enregistrés dans le central téléphonique.

Anne Marie agissait-elle à la fois sur les aiguilles des instruments de mesure et sur le téléphone, par psychokinésie ?

Agissait-elle éventuellement sur le ressort qui actionne la fourche recevant l'écouteur, sachant qu'en abaissant cette fourche dans un certain rythme il est possible de réaliser une communication sans utiliser le cadran ?

Pour cela, l'intervention d'une influence intelligente et subconsciente par PES aurait été requise. Des essais en labora­toire montrèrent qu'Anne Marie avait des facultés PES et l'on sait par ailleurs que la possibilité d'accomplir des actes intelli­gents sous la direction du subconscient a été prouvée, comme dans les cas d'écriture automatique.

À partir de décembre 1967, les choses devinrent de plus en plus mouvementées dans le bureau de l'avocat: des tableaux tombaient des murs ou se retournaient tout simplement, devant témoins. On réussit à enregistrer une telle rotation de 120° sur une bande filmée sonore.

Sous les yeux du Pr Bùchel, un physicien, des tiroirs sortaient tout seuls des meubles, et finalement, par deux fois, une lourde armoire à documents pesant près de 175 kilos s'éloigna de 30 centimètres d'un mur. Au moins quarante personnes exerçant les professions les plus diverses, techniciens, agents de police, médecins, psychologues, des clients de l'avocat, le personnel du bureau et d'autres encore furent témoins de ces événements.

La dimension de ce « public » est l'un des traits qui font que cette affaire est si remarquable.

Les phénomènes s'interrompent...

Lorsque vers la mi-janvier de 1968, on eut trouvé un autre emploi pour Anne Marie, les phénomènes cessèrent brusque­ment. Ils semblèrent se reproduire brièvement dans la nouvelle étude, mais son nouveau patron lui interdit d'en parler à qui que ce fût.

Dans la famille aussi survinrent épisodiquement de tels phénomènes, quoique sous une forme plus atténuée.

Un examen psychologique de Anne-Marie Schneider révéla des traits communs à tous les médiums producteurs de phénomènes de hantise : conflits actuels, instabilité psychique, émotivité forte mais brève, faible tolérance à la frustration, c'est-à-dire une faible capacité de supporter des privations.

Il semble cependant que des situations de groupe particulièrement chargées d'affectivité soient nécessaires pour déclencher des décharges sous forme psychokinétique, forme si rare.

Les phénomènes de hantise ne constituent pas seulement un problème scientifique exaltant, mais aussi un problème théra­peutique. Ces cas requièrent une aide psylogique, ne serait-ce que contre le fanatisme des ignorants, dont une moitié voit là l'œuvre de démons ou de Satan, et l'autre moitié une perfide supercherie, ne voulant entendre rien d'autre.

Il est nécessaire d'exclure de l'explication de ces phénomènes tout à fait naturels toute psychose de sorcellerie et son complément, la négation fanatique de tous les aspects irrationnels de la nature humaine, et il faut les amener dans un champ de vision objectif où ils peuvent être examinés avec sérénité.

Source: besoindesavoir.com


Haut
Hors-ligne Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de :
Aller vers :  

Publicité



cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Theme created StylerBB.net
Traduction et support en françaisHébergement phpBB